Samedi 9 juillet 2016 – Stage avec Dieli Makan Sacko – Gardanne

L’Afrique en Fête
Samedi 9 juillet 2016
à la Maison du Peuple – Gardanne
Stages :
Danses et percussions africaines du Mali
Associations Arterciel et Art’fola / avec Dieli Makan Sacko
10h00-12h00 Danses traditionnelles du Mali – 25 €
13h30-15h30 Percussions – 20€
(+ 6€ d’adhésion à l’association)

Dieli Makan Sacko

Né en 1967 à Bamako (Mali), d’une illustre famille de griots. Fils de Seiba Mohammed Sacko, guitariste, et de Madié Soumano, présidente des griottes de Bamako et soeur de Bakang Soumano chef des griots, qui n’est autre que la petite fille de Bakary Soumano. Le sang griot coulant dans ses veines, Diéli Makan fut très tôt attiré par l’Art, notamment la danse.
Dès l’âge de 10 ans, il participe à tous les concours de danse dans toutes les écoles primaires de la région de Bamako. Son talent et sa farouche volonté de réussir ne passent pas inaperçus.
En 1983, à l’âge de 16 ans, il réussit la sélection inter-quartiers et intègre la troupe de la commune IV de Bamako.
Débute alors un remarquable apprentissage, où les jeunes de la Troupe vont de village en village pour découvrir et apprendre les danses et musiques traditionnelles de chaque ethnie.
Diéli Makan gravit un à un les échelons qui le mène depuis le District de Bamako jusqu’au prestigieux Ballet National du Mali en 1986. En tant qu’artiste, il participe par deux fois aux Biennales de Musiques et Danse de Bamako la plus grande manifestation d’arts traditionnels d’Afrique en 1984 et en 1986.
Après le Ballet National, Diéli Makan intègre et forme plusieurs troupes de danse et musique d’abord au Mali, puis en France, où comme metteur en scène il crée une dizaine de ballets.
On retiendra notamment, « Shaka » en 1997, « Un africain à Paris » en 1998 « Folo folo » en 2008 ou encore « DON KORO » en 2009. Il participe également à plusieurs expositions pour présenter ses tableaux et ses oeuvres en bogolan, peinture traditionnelle malienne sur tissus. Dans le domaine des arts plastiques il réalise aussi des peintures à l’huile et conçoit tous les décors et costumes des spectacles dont il signe la chorégraphie.
En 2005, Diéli Makan Sacko crée «La Maison des Arts de Bamako» au Mali, centre de formation d’Arts traditionnels agréé par le Ministère de la Culture du Mali, afin de transmettre cette culture auquel il tient tant. »

A la fois danseur, musicien, chanteur et peintre, Diéli Makan Sacko est un artiste complet qui a su garder humilité et simplicité, le tout saupoudré d’une bonne dose de jovialité.
Ses stages de danses traditionnelles sont l’occasion de découvrir ou approfondir les rythmes maliens.

l-afrique-en-fete-gardanne-2016